Nos whiskies

 

 

Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais. Mark Twain.

 

 

Qu’il vienne d’Ecosse ou d’Irlande, du Japon ou de Belgique, le Whisky  fait parler de lui depuis longtemps.

Il est fort probable que ce breuvage soit né au XIème siècle, la pratique et le savoir-faire évoluant grâce aux moines venus évangéliser l’Irlande et l’Ecosse. Au départ, le whisky se nommait  « uisge » en gaélique écossais ou de « uisce » en gaélique irlandais. Le terme signifie simplement « eau » dans les deux langues ; c'est « uisge beatha » en gaélique écossais et « uisce beatha » en irlandais qui signifient « eau de vie » — et donc whisky en anglais. Un nom révélateur, donc ! Son utilisation première n’était pas celle que nous lui connaissons aujourd’hui. Il était utilisé tant en onguent qu’en médicament.

La première trace historique de ce breuvage (en Ecosse) remonte à 1494. La production deviendra légale chez les écossais grâce à « L’Excise Act » en 1823. Dès lors, les industries spécialisées explosent alors que les installations de particuliers périclitent. Les écossais sont les premiers à utiliser un mélange de whisky de malt et de grains : le « Blend ». L’arrivée sur le marché du Blend causera un fort préjudice aux autres pays producteurs de Whisky qui ne prendront pas le train en marche.

En 1608, la distillerie Bushmills est la première à obtenir la première licence officielle de distillation du whisky. C’est en Irlande que se fera principalement ressentir la chute des Single Malts au profit des Blends (on passe de 160 à 30 distilleries de 1850 à 1900).

Aux USA, c’est l’abolition des taxes sur le Whisky par le président Thomas Jefferson en 1802 qui relancera la production du breuvage… jusqu’à une chute de consommation due à la Guerre de Sécession et la prohibition. L’industrie américaine du whisky ne relèvera la tête qu’à partir des années 1980.

Avec l’apparition des Blends, les Single Malts disparaissent presque du circuit habituel de vente. C’est Glennfidich qui, dans les années 1960, redorera le blason de ces derniers grâce à une campagne de pub sans précédent. Parallèlement, une augmentation de la rigueur de production des bourbons américains leur rendront la place qui leur est due dans leur pays d’origine.

Depuis quelques années, beaucoup de pays s’essayent à la distillation du whisky… et produisent des alcools bien surprenant ! C’est ainsi que le Japon, avec ses deux distilleries, crée un whisky mi nippon-mi écossais (mélange d’une production nationale et importée). Depuis 2007, la Belgique compte officiellement deux

whiskys artisanaux : le Belgian Owl, connu et reconnu par les amateurs et le Radermacher Lambertus (décliné en plusieurs types). La Belgique a décidément de bien beaux jours devant elle!

 

Dans le souci de pouvoir répondre à vos demandes et envies, la Brasserie Delsart a diversifié sa gamme de whiskys depuis quelques années. Vous pourrez y découvrir des whiskys de régions et de pays que tout semble éloigner. Il est également intéressant de se rendre compte que le panel de goûts d’un whisky à l’autre est très diversifié. Vous pourrez découvrir des whiskys tourbés, fumés, fruités, iodés, chocolatés, … un vrai délice pour les amateurs néophytes ou confirmés.

David.

 

 

 

Voici les différentes appellations de whiskys (*)

Après une large consultation de la branche en 2004 et 2005, la Scotch Whisky Association a décidé de restreindre les appellations au nombre de cinq :

  • Single Malt Scotch Whisky ;
  • Blended Malt Scotch Whisky ;
  • Single Grain Scotch Whisky ;
  • Blended Grain Scotch Whisky ;
  • Blended Scotch Whisky.

 

Les différents whiskys (*) :

  • Le mot whisky est généralement employé pour désigner les productions écossaises, canadiennes et nippones ou bretonnes.
    En Écosse, pour pouvoir être qualifié de Scotch Whisky, le degré d'alcool doit être égal ou supérieur à 40° pour permettre d'obtenir l'appellation de whisky et un vieillissement en fût d'au moins trois années sur le territoire écossais est indispensable pour que celui-ci soit qualifié de scotch.
  • En Irlande, l'usage fait que l'on parle de whiskey ou Irish whiskey alors que les textes de loi utilisent le terme 'whisky' (sans le 'e').
    Le whiskey irlandais lorsqu'il est composé de 50 % d'orge maltée et de 50 % d'orge maltée séchée au feu de tourbe est appelé pure pot still whiskey ; en dehors de cette particularité, les appellations sont identiques à celles pratiquées en Écosse.
  • De même, aux États-Unis, on trouve l'American whiskey, et les États-Unis se battent pour conserver le monopole de cette appellation 'whiskey' (avec le 'e'). Le whiskey américain comprend notamment le bourbon (à base de maïs) et le rye (à base de seigle). Ces différentes appellations correspondent toutes à des compositions différentes :
    • le Straight Bourbon est fabriqué essentiellement à partir de maïs (entre 51 et 80 %, généralement entre 65 et 75 %), de seigle ou de blé, le reste étant de l'orge maltée ;
    • le Straight Tennessee a la particularité d'être produit dans l'État du Tennessee exclusivement et d'être filtré sur du charbon d'érable. Il est composé de 70 % de maïs et de seigle dont 51 % d'une seule céréale, généralement du maïs ;
    • le Straight Rye quant à lui est à base de seigle (51 % minimum) (la présence de seigle s’explique par le fait que les distillateurs ont suivi leurs clients lors de la vague d'immigration irlandaise du xixe siècle, principalement vers le Canada) ;
    • le whisky de malt écossais est élaboré uniquement à partir de 100 % d'orge maltée, qui peut être séchée au feu de tourbe ;
    • le corn whisky est quant à lui composée de plus de 80 % de maïs
    • l'"eddu" breton est un whisky blend (30 % de whisky de blé noir - 70 % de whisky d'orge). Une partie de son vieillissement est effectué dans des fûts de chêne neufs de la forêt de Brocéliande.

 

 

(*)Source: wikipédia

Brasserie Delsart SA
Rue Georges Cosse, 16
5380 Fernelmont
Noville-les-Bois
Plan d'accès
Tél 081 87 82 49
Fax 081 87 73 81
eMail http://www.brasseriedelsart.be